L’Aïkido au féminin

L’Aïkido, l’art martial le plus adapté aux femmes : meilleure connaissance de soi et meilleure confiance en soi pour mieux affronter les situations conflictuelles tout en cultivant son physique et son potentiel d’énergie

L’Aïkido repose sur des principes qui associent à l’exercice purement physique des arts martiaux traditionnels des valeurs morales humanistes. C’est la valorisation mutuelle et non l’affirmation de soi au détriment de l’autre qui est recherchée. Ceci explique pourquoi la compétition, qui glorifie le vainqueur, n’existe pas en Aïkido. La pratique repose sur des principes de non-violence et de non-opposition qui font appel à la souplesse et la tonicité et non à la force physique, tout en coordonnant le physique et le mental. Des femmes de tout âge et de morphologies très différentes pratiquent ainsi l’Aïkido au côté des hommes.

La pratique de l’Aïkido apporte aux femmes plusieurs dimensions physiques et mentales particulièrement enrichissantes :

  • Le développement du corps : meilleure connaissance de son corps et développement harmonieux

L’absence de compétition conduit à une pratique mixte F/H où l’on change de partenaire lors de chaque exercice et où la notion de catégorie, de poids ou de taille n’existe pas. En Aïkido on suppose toujours que son adversaire est plus fort(e). La pratique, basée sur des déplacements, des placements, l’engagement des hanches, le relâchement musculaire et des chûtes contribue à un développement harmonieux du corps. Tout le corps dans son ensemble est sollicité, sans faire appel à la force physique pure.

  • Meilleure confiance en soi en situation conflictuelle : sur le tatami comme dans la vie de tous les jours.

Si la compétition n’a pas cours en Aïkido, ce n’est pas pour autant que la dimension martiale (travail sur des attaques et des frappes) est absente, bien au contraire. En cela l’Aïkido apporte aussi une proposition originale vis-à-vis de l’auto-défense. En n’enseignant pas des techniques pures d’auto-défense mais plus de l’expérimentation vis-à-vis de situations conflictuelles potentielles (pratique des armes, pratique avec de multiples adversaires »), l’Aïkido contribue à une meilleure connaissance de soi qui conduit à mieux prendre confiance en soi afin de mieux anticiper et gérer ces situations. En cela l’Aïkido prépare aussi à une meilleure gestion des conflits non violents mais quotidiens dans le travail ou la maison en appliquant le principe de non-opposition sur lequel repose cette discipline

  • Un espace précieux de développement personnel apaisé où chacune progresse à son rythme et sans pression : renouveler son potentiel énergétique tout en se dépensant physiquement

L’Aïkido propose un espace de développement personnel en associant l’harmonie aux vertus traditionnelles des arts martiaux (respect, bienveillance, sincérité etc. ) pour en faire une discipline de Paix. Pratique sportive sans compétition, l’Aïkido propose un espace où chaque pratiquante progresse à son rythme et selon sa recherche personnelle. Il ne s’agit plus ici d’être la première étudiante, la super maman ou la super compagne mais bien de bénéficier d’un temps personnel de détente associant une activité physique qui peut être soutenue et la concentration pour mieux se connaître et renforcer son énergie intérieure. En cela l’Aïkido peut constituer une activité parfaitement complémentaire aux pratiquantes de disciplines « douces » (Yoga, Qi Gong, Tai Chi..) apportant une dimension physique et martiale supplémentaires.

La pratique de l’Aïkido est ouverte pour les femmes depuis l’adolescence jusqu’à … puisque chacune ajustera sa pratique à ses capacités physiques 

N’hésitez pas à prendre contact avec le Club et à venir assister à des séances pour découvrir et même pratiquer lors d’une séance d’initiation

Elles parlent de l’Aïkido :

Sylvia
Sandra
Jacqueline
Florence

Source : FFAAA – Série d’interviews faisant partie d’un dossier de presse : L’aïkido et les femmes